Lettre de Joël CASTANY aux présidents de club de la Région Occitanie.

 

Et réponse de Alain Doucet après l’article de J. Castany

 

 

 

Chères Présidentes et Présidents,

Jeudi 22 octobre a été un jeudi noir pour notre liste « Occitanie Ensemble » car la CSOE (commission de surveillance des opérations électorales) a prononcé à 19h00 en premier et dernier ressort, son inéligibilité.
Nous ne sommes pas surpris car toute l’argumentation que nous avons pu déployer, n’a eu aucun effet sur une commission présidée par l’avocat personnel de Monsieur Doucet et dont les conclusions étaient connues en fin d’après midi avant qu’on nous les communique.
Comment peut-on accepter qu’une commission électorale soit présidée par le conseil personnel d’un des candidats,  qui plus est, accompagné dans cette démarche par un membre du même cabinet ?

Dès le 16 octobre, Monsieur Doucet avait fait part d’un avis très tranché sur notre élimination obligatoire alors que lui-même avait bénéficié, il y a trois ans, d’un protocole transactionnel lui permettant de maintenir sa liste alors qu’un de ses candidats avait le même problème qu’un des nôtres.

Le candidat incriminé Raymond Ferrié, bénévole depuis plus de trente ans au sein de l’US Carcassonne ayant une licence à jour, n’a pas eu de licence dans les trois dernières années précédentes à l’élection.
C’est le cas dans la grande majorité des bénévoles qui ne portent pas d’intérêt particulier à être licencié, mais à œuvrer pour leur clubs.
Notre manque d’expérience dans la « compétition politique » nous coûte cher.

Le système a gagné, la démocratie a perdu !
Le débat tourne court, pourtant trente neuf  femmes et hommes à mes côtés, tous impliqués, de qualité, une dizaine d’experts, étaient prêts à faire valoir leurs analyses et leurs arguments afin que vous puissiez faire un choix sur des projets.
Ce ne sera pas le cas, c’est « un plébiscite dictaturial » qui nous attend.

Le mal profond qui nous ronge amène nos dirigeants à penser, plus à l’élection, la réélection ou les petits arrangements, qu’à la gestion du grand dossier des pertes massives de licenciés ou à la gestion préalable des effets prévisibles de la crise Covid.

Nous allons apprendre de nos erreurs et poursuivre notre action toujours avec la même sérénité, l’envie d’apporter les réformes utiles à notre sport, nos associations afin de ramener plus de transparence et d’impartialité.
C’est pour cette raison que nous allons saisir la conférence des conciliateurs du CNOSF (Comité National Olympique et Sportif Français).

Sans élu, même en minorité nous n’aurons aucun droit de regard sur la future gestion de la ligue. Je ne pense pas que ce soit ce que vous souhaitez, vous nous l’avez souvent témoigné.

Dès ce soir, je reviens dans mon club pour y accomplir comme nous le faisons depuis trente ans les tâches nécessaires au bon fonctionnement de celui-ci, comme vous le faites vous-même.

La tramontane ou le vent d’autan balaieront les péripéties de cette triste période mais il en restera quelque chose : pour ce groupe de femmes et d’hommes, une volonté farouche de voir s’affirmer la démocratie aujourd’hui bafouée.

Merci de l’écoute que vous avez bien voulu nous prêter pendant les quelques semaines où nous avons pu échanger et des idées que vous avez bien voulu nous soumettre, elles seront surement la base d’un projet futur.
Bon rugby

Joël Castany
Président du S.C. Leucate Méditerranée XV

 

Réponse de Alain Doucet

 

 

Madame la Présidente, Monsieur le Président,

>

> L’actualité du week-end nous amène à rétablir la vérité sur une FAKE NEW publiée dans l’hedmodaire de l’Indépendant du samedi 24 octobre 2020 que vous trouverez en fichier joint.

>

> En attendant, vous trouverez ci-après la réponse du candidat Alain Doucet de la liste ”Ensemble pour le rugby occitan” publiée dans ce même hebdomaire le lundi 26 octobre 2020.

>

>

>

Mise au point de la liste « Ensemble pour le Rugby Occitan »

Candidate aux élections de la Ligue Occitanie de Rugby

 

Choqués  de certains propos tenus dans votre journal par le leader de la liste « Ovale ensemble » pour les élections à la Ligue Occitanie, nous nous devons de faire un certain nombre de mises au point, nous réservant par ailleurs la possibilité de faire apprécier par des instances compétentes le caractère diffamatoire de certains de ses propos.

 

Conformément à nos statuts, la « commission de surveillance des opérations électorales », CSOE, a été constituée dans la plus stricte légalité, lors d’un Comité Directeur où le quorum était largement atteint, et sa composition a été approuvée à l’unanimité. Regrettons au passage que l’un des membres élus de ce Comité Directeur, candidat sur la liste « Ovale ensemble », ait été, comme très souvent, absent de cette réunion alors qu’il en connaissait l’ordre du jour. Il aurait pu, s’il avait été là, exprimer son point de vue. Et nul doute que celui-ci aurait été pris en compte, ne serait-ce que pour éviter toute polémique tardive.

Le leader de l’opposition aurait pu faire remonter ses critiques bien avant la mise en œuvre du processus de contrôle. De même, il aurait dû faire vérifier sur le système informatique de la FFR l’éligibilité des membres de sa liste, capables de connaître eux-mêmes leur ancienneté fédérale.

C’est ainsi que notre liste a procédé, c’est si simple et évident.

Leur faute est nette et ne peut nous être imputée.

 

Les membres de cette CSOE que l’on accuse de favoritisme, sont les mêmes qui n’avaient pas hésité, en 2017, à invalider la liste conduite par Alain DOUCET, pour les mêmes raisons qui ont conduit aujourd’hui à l’invalidation de la liste « Ovale ensemble ». La différence notoire est que les deux seules listes en présence en 2017 présentant des critères de non-conformité, avaient été déclarées toutes deux irrecevables. Le processus électoral avait dû être relancé à son point de départ. Certains membresde la liste d » Ovale Ensemble » le savent bien, ils ont la mémoire très courte.

Rien à voir avec le « deux poids, deux mesures » évoqué ici avec beaucoup de mauvaise foi.

Dans d’autres ligues des listes ont, elles aussi, été déclarées irrecevables pour des raisons similaires.
Les textes officiels sont à la disposition de tous sur les sites FFR ou LOR. Rien de caché, de la transparence. Si ces statuts et règlements sont considérés comme ridicules (je cite) les membres « d’Ovale ensemble « peuvent demander leur modification. C’est comme cela que fonctionne une institution responsable et démocratique.

 

La « démocratie bafouée », le « refus du débat », les « risques à s’exprimer face à un régime autoritaire »,les « manigances, petits avantages, combines » sont des accusations graves, aussi gratuites que regrettables qui salissent le rugby et ses dirigeants. Le faire sans apporter aucune preuve est méprisable et n’a d’autre résultat que de nuire au Rugby qu’on prétend servir et aimer. Le déclassement historique du club de Leucate en fédérale 3à sa demande expresse n’est-il pas une preuve d’écoute et de respect ?

 

Quant à l’effondrement présumé du nombre de nos licenciés, outre que les chiffres avancés sont faux, et il le sait, l’intéressé ne devrait-il pas balayer devant sa porte et se demander si les effectifs faméliques chez les jeunes de son club, qui joue pourtant en fédérale, contribuent bien au développement qu’il appelle de ses vœux et pour lesquels il aurait des solutions….

La justice est passée, nous attendrons avec confiance la décision du Comité Olympique, certains d’être dans notre droit et d’avoir respecté toutes les conditions d’honnêteté et de loyauté requises.

 

Une belle mission nous attend ! Celle de servir toujours plus et mieux tous les clubs de l’Occitanie, la première ligue de France.

 

Pour nous l’affaire est close. Dès maintenant, place au travail !

 

Alain DOUCET