2007-2008

Paul Mullot.

Une page d’Histoire du siècle dernier se tourne pour la ville de Quillan Maire pendant 30 ans, de 1965 à 1995, Paul Mullot est mort mardi soir à l’âge de 87 ans auprès de sa famille à Carcassonne. Malade, il avait acheté un appartement boulevard Barbès, il y a quelques années pour se rapprocher des siens.

Champion DE FRANCE avec l’USQ en 1964.

Paul Mullot était né le 1er mai 1921 à Saint-Hilaire. Travailleur et brillant dès son adolescence, il sortira avec un diplôme d’ingénieur hydraulicien de l’école de Grenoble pour partir se diriger chez Sud Aviation à Toulouse.

Il atterrit à Quillan en 1953 comme ingénieur à l’usine Formica qui avait été créée en 1950 et dont le patron était son beau-frère M. Guilhem. Paul Mullot lui succédera en 1957 (jusqu’à 1970) à la tête de l’usine.

À l’époque la SA Formica est l’industrie référence du département de l’Aude, Paul Mullot devient donc un personnage incontournable.

Mais avant de se lancer véritablement dans une carrière d’élu, il a la bonne idée de prendre la présidence de l’US Quillan, en 1960 (jusqu’à 1971) et surtout d’amener le club au titre de champion de France de deuxième division en 1964. Et à Quillan, le rugby ça compte…

À l’époque, dans la cité des Trois Quilles il y avait deux centres d’intérêt : Formica et l’USQ. Ou l’USQ et Formica. Mais pour Paul Mullot l’ordre importait peu puisqu’il était devenu, en peu de temps, le patron des deux.

Monsieur Mullot, un Président Patron.

En quelque cent ans d’existence, l’US Quillan a connu bon nombre de Présidents. La mémoire collective n’a retenu que quelques personnalités associées aux grands moments de la vie sportive : Paul Mullot était, comme Jean Bourrel, un Président Patron.

Monsieur Mullot accède à la Présidence en 1960, le club est déjà en 2″ division nationale. Sous sa présidence, l’US Quillan franchira toutes les étapes pour accéder à la 1″ division nationale.
A la tête de la Société Formica, en plein essor, ce Président aura tous les atouts en main : emploi, moyens financiers et tissu relationnel.

De plus, ses fonctions d’élu en tant que Maire (5 mandats de 1965 à 1995) et de Conseiller Régional lui permirent de défendre la cause du rugby à tous les niveaux et de l’US Quillan en particulier.
Sous sa présidence, le club sera pendant quelques années dans les meilleures équipes françaises. Le Palmarès est éloquent :

– en 1964, Champion de France de 2″ division,
– en 1965, finale du Challenge de l’Espérance,
– en 1967, 1/16 de finale, victoire contre Bayonne au Stadium de Toulouse et défaite en 1/8 de finale contre Montauban qui fut Champion de France,
– en 1968, 1/16 de finale perdu contre La Voulte qui fut Champion de France 2 ans après,
– en 1970, 1/16 de finale perdu contre Graulhet à Narbonne.
En 1972, Monsieur Mullot abandonne la présidence ; les liens avec la Société Formica se distendront : une nouvelle époque est née.

L’U.S.Q. devenue US Quillan Haute-Vallée connaît la 2″ division depuis 1978 et la 3″ division depuis 2005.

2008-2009

Disparition de Emile Albas ou plus familièrement: Milou.

Pas de coups de pieds à suivre intempestifs, pas de placages à retardement, pas de feintes de passe, surtout pas de transformation : Émile était tel que doit être un éducateur de jeunes, jeunes auxquels il a consacré une grande partie de sa vie.

Contrairement aux enthousiasmes irréfléchis, Il avait cet art de la parenthèse qui sans besoin de parole communiquait avec « ses petits ». C’était peut-être un révolté sinon de la justice, du moins de l’équilibre.

Il était cet homme de devoir, d’honneur que l’on ne retrouve plus que dans les magazines. Il était l’ordre personnifié, sans doute poursuivi par ses habitudes de comptable et comme tel, avait l’art de ne point paraître lors des retours triomphants.

Pourtant il en partageait l’enthousiasme avec le petit pincement au cœur que ne peut exclure la passion. C’était un dirigeant qui partageait la qualité puisque entouré d’une logistique de purs comme René Saunière, André Camboulives, Roger Brousse, Robert Solis, Christian Janique, Jean-François Albiach, Jean-Charles Rougé puis Maurice Aragou.

Cette tribune d’honneur devait ultérieurement devenir l’A.R.P.A. de nos jours.

Certes il n’avait pas le compliment facile, il savait qu’il lui suffisait d’être là, au bon moment pour faire renouer avec l’enthousiasme, la valeur, l’amour, tout en affichant sa modestie.
Dans cet univers ovale il laissera malgré lui, sa trace voltairienne de l’efficacité qu’il savait si bien appliquer avec méthode et sans discours : « Au fait ! »

Il était pour tous Milou, un Milou reconnaissable dans ce diminutif de géant. – M comme Monsieur Rugby – I comme Intronisé chez les médaillés de la Jeunesse et des Sports – L comme Leader des jeunes et de l’École de Rugby – O comme Ouvert aux idées de chacun – U comme Unique et adorable garçon.

Certains s’étonneront de sa très longue carrière rugbystique, d’autres de la constance de sa patience et de sa modestie, l’unanimité se fera autour de ce dirigeant dont la compétence et la gentillesse étaientt et resteront mémorables, n’oublions pas qu’il faisait partie de l’encadrement des juniors, Champions du Languedoc en 1962.

L’U.S.Q. a perdu un élément majeur de son rouage éducatif, et même si nul n’est indispensable, Milou laissera parmi les siens et ses gosses rouge et bleu, un maillon important de sa chaîne de vie.

L’Entente Haute-Vallée de l’Aude pour les Cadets et les Juniors

Ce lundi 12 octobre, au siège de l’USQHV la Brasserie « Le Palace », Christian Maugard, président de l’US Quillan Haute-Vallée, et Lucien Barou, son secrétaire général, avaient convié leurs homologues du RC Limoux Razès, du RC COES et de l’US Pays de Sault afin d’officialiser le rassemblement de leurs effectifs Cadets Teulière (moins de 17 ans) et Juniors Phliponeau (moins de 19 ans).

C’est donc sous leur autorité que Gérard Pascual, président du RC COES, Alain Mayo, président du RC Limoux Razès, et Jacques Authier, représentant de Georges Poux président de l’US Pays de Sault, ont paraphé les papiers officiels du rassemblement en présence de Bernard Labéda, responsable des juniors au sein de l’USQ HIV, de René Montaux, secrétaire du RC Limoux Razès, d’Éric Baylac, délégué de la commission sportive du RC Limoux Razès, d’André Ribéra, secrétaire du RC COES et de Jean-Michel Cathala, président délégué du RC COES. La nouvelle entente est baptisée Entente Haute-Vallée de l’Aude et a pour abréviation EHVA.

Regroupant 28 juniors et 46 cadets, l’EHVA a permis d’inscrire une équipe moins de 19 ans en Championnat Territorial Phliponeau et deux équipes moins de 17 ans en Championnat Territorial Teulière. L’ARPA et l’école de rugby de Limoux ne sont pas concernées par ce nouveau statut.

L’intérêt général de ce rassemblement est de permettre qu’une entité forte tant au niveau de l’encadrement que des entraîneurs ou des joueurs se maintienne dans la région pour une meilleure qualité de jeu et une meilleure gestion des groupes présents et à venir.

Louis Piques, un ami nous a quittés.

L’U.S. Quillan a perdu un ami de longue date.

Chauffeur poids lourd pendant près de 40 ans, Louis Piques a bourlingué sur toutes les routes de France mais aussi des pays frontaliers de l’hexagone.

A la fin des années 70, il rejoint son frère Robert, Toutoune, Michel Moresqui, etc… pour renforcer et relancer l’équipe de Couiza XV qui, sans cet apport de joueurs mais avant tout de copains et de joyeux drilles, n’avait pas d’équipe pour postuler en championnat.

Ensuite, il partagera ses loisirs entre la chasse au gros gibier, les rallyes automobiles (sa grande passion), le bricolage et l’encadrement des Juniors de l’U.S. Quillan avec lesquels il aura la satisfaction de remporter le Challenge Grand Sud.

Nommé président de l’Écurie Automobile de Quillan (organisatrice de la Course de Côte du Col du Portel) et membre de l’ASA après avoir fait valoir ses droits à la retraite il y a deux ans, il parvenait quand même à se libérer quelques dimanches de la saison, après la fermeture de la chasse, pour tenir la buvette les jours de match à Quillan.

L’énorme foule de parents et d’amis venus l’accompagner à sa dernière demeure en cette veille de Toussaint témoigne le vide que laisse la disparition de ce pur enfant de la Haute-Vallée de l’Aude.

Equipe 2008-2009.

Fête des Champions au Dôme de Саrсаssоnnе

La Fête des Champions, traditionnelle grande fête de fin d’année du Comité du Languedoc a eu lieu le mercredi 16 décembre dans la Salle du Dôme à Carcassonne.

Après l’AG financière, tous les invités ont assisté aux allocutions des nombreuses personnalités. présentes dont Guy Molveau, président du Comité, Christophe Fangeaux, Adjoint aux sports de la mairie de Carcassonne représentant Jean-Claude Pérez premier magistrat de la préfecture audoise, Jean-Claude Limouzy, de la direction régionale du Crédit Agricole partenaire du Comité de longue date, Didier Codorniou, vice-président attaché aux sports de la Région représentant Georges Frèche, Francis Sénégas…

Vient ensuite la remise des trophées, médailles, ballons et autres sacs de sport pour tous les lauréats qui ont porté haut les couleurs de leur club tant au niveau régional que national la saison dernière.
En clôture de cérémonie, ce sont, comme il est de coutume, les bénévoles qui ont été récompensés. Pour Quillan, c’est Jean-Luc Géraud qui a été mis à l’honneur par l’USQ HV. Il a reçu des mains de Guy Molveau un diplôme qui commémore son statut de “Bénévole de l’année”. Ensuite, tout ce petit monde est allé s’attabler pour déguster un bon repas de fête.

Le club des Supporters.

Lors de l’assemblée générale 2009-2010 de l’Amicale des Supporters de l’USQHV, était présent, parmi les membres du bureau, le président de l’association, Christian Maugard.

Ce dernier a vivement remercié tous les adhérents pour leur fidélité. Il a aussi exprimé sa fierté à l’arrivée du petit car récemment acquis par les supporters club. Christian Maugard trouve extraordinaire, l’assiduité avec laquelle les membres de l’association accompagnent les équipes de l’USQHV par tous les temps, lorsqu’elles jouent à l’extérieur.

Il va sans dire que les membres de l’association sont fiers d’encourager les équipes, entraîneurs, dirigeants et à faire valoir la ville de Quillan, aux yeux des étrangers.

L’association ne recevant pas de subvention, les membres du bureau remercient toutes les personnes, les commerçants quillanais et étrangers (Suisses) qui ont aidé à l’acquisition du bus. Merci beaucoup à tous les supporters.

2009-2010.

2010-2011.

La boutique du club est créée.

2011-2012.

Louis Gosse.

En février 2011, a 96 ans, Louis Gosse est parti.

Il était un enseignant d’abord instituteur puis principal et directeur du collège, un enseignant chef d’entreprise dans le sens plein du terme. Sportivement il fit partie de l’A.S. Carcassonne quand ce club passa du XV au XIII avant la guerre pour devenir ensuite l’U.S.CXV. Il rejoint à ce moment là professionnellement la HauteVallée qu’il ne quitta plus.

Capitaine de l’U.S.Q. après la guerre. Il créa dans une période difficile le « Club des Isards » association mi-scolaire mi-civile qui faisait jouer au rugby une bande de jeunes ce qui occupa à cette époque le terrain appartenant à la famille Bourrel et empêcha qu’il ne soit labouré.

Il développa au collège le rugby mais aussi d’autres sports comme le hand-ball, l’athlétisme et autres.

Il était l’arbitre du fameux match Élèves-Professeurs qui était une institution.

Éducateur et sportif dans l’âme il devint Secrétaire-Général de l’U.S.Q. à l’époque où la « Confrérie des Secrétaires-Généraux » avait la mainmise sur l’organisation du Rugby Français.

Président en 91/92 pour rendre service au club, il s’occupa ensuite selon les saisons des Cadets ou Juniors notamment quand une section avait des difficultés.

Dans les années 70, il avait été le premier à organiser des réunions entre les clubs de Couiza, Espéraza, Quillan et le Pays de Sault pour mettre en place les prémices d’une entente chez les jeunes en Haute-Vallée.

Il participa ensuite très activement à la mise en place de l’Association Rugby des Pyrénées Audoises (A.R. PA.). En 2002 il a été le Président du « Comité du Centenaire de l’U.S.Q. ». Passionné de Rugby à l’USQ et chez les jeunes de la Haute-Vallée, il avait pour le reste du Rugby National et International un regard technique relativement indifférent.

« Il m’a beaucoup appris et apporté au cours de ma carrière de dirigeant » nous confiait dernièrement le Président Christian Maugard.

Louis Gosse un sacré personnage nous a quittés.

André Camboulives.

Cet été nous avons appris le décès à Port La Nouvelle, où il était en vacances, d’André Camboulives à l’âge de 79 ans.

André a été joueur, entraîneur et éducateur au club. Ancien joueur de Narbonne et Pau, il est arrivé à Quillan à la fin des années 50 comme joueur.

Professionnellement, il a été jusqu’à sa retraite Moniteur Municipal des Sports avec une activité au collège et à l’école communale.

Entraîneur de l’équipe I en nationale au début des années 70, il devint ensuite tout naturellement éducateur et responsable de l’École de Rugby.

André était aussi un passionné de volley-ball, il s’était mis à la marche à pied à la retraite. André était avant tout et surtout un passionné de rugby, de technique et sa nature tolérante en avait fait un fidèle supporter du club même lors des déplacements, il était un habitué du stade le dimanche matin pour assister à la préparation de sa « chère U.S.Q. ».

Le club fête ses 110 ans en s’offrant une montée en Fédérale 2.

Comme pour couronner la première décade après son centenaire, la vieille dame rouge et bleu de la cité des 3 Quilles s’est octroyé tous les lauriers en plaçant son équipe Une et sa « Réserve » en tête de leur poule respective à la fin de la première phase. 13 victoires, 1 nul pour 4 défaites pour la B et 12 victoires, 2 nuls pour 4 défaites pour l’équipe fanion : les 2 équipes se qualifient. En 32″ de finale du championnat de France Excellence B.

Béranger Castel et ses coéquipiers effacent difficilement La Valette 10-9 à St Chinian puis trébuchent le tour suivant à Valras Plage contre une belle équipe de Saint Affrique 9-18.

Une saison remarquable. Après avoir emporté non sans mal sa double confrontation face aux varois de Lavalette (défaite 13-12 à l’aller ponctuée par des évènements indignes et impardonnables après le trille final puis victoire à Jean Bourrel 29-15 avec une interception de Palop sur un temps fort des visiteurs à la 79ème), Laluque et les siens, drivés par le trio Cuguillère-Casteiltort-Dubois, héritent des coriaces maritimes du S.C. Leucate Roquefort.

Une vague rouge et bleu s’est déplacée au bord de la mer pour la rencontre aller. Au bout, une courte défaite quillanaise 10-12 au goût amer car, avec un peu plus de réussite et d’application, la victoire aurait dû sourire aux hommes du président Maugard.

Au retour, dans un stade complètement acquis à sa cause, l’équipe fanion est à 80 minutes de la Fédérale 2. C’est jour de fête. Sous le chapiteau, les supporters quillanais ont partagé un succulent repas d’avant-match animé par la banda des Hauts de l’Aude.

La démonstration de l’ARPA, en ouverture de la rencontre, a ravi les spectateurs qui se sont massés dans la tribune et sur tout le tour du terrain. 9-9 à la pause, un essai magnifique d’Olieu qui récupère une passe au pied de Danjou d’entrée de second acte : à l’heure de jeu, rien n’est fait car Castany, le buteur visiteur, maintient les siens à portée. Alors qu’on se dirige vers la terrible séance de tirs au but, les avants quillanais profitent des dernières secondes du temps supplémentaires pour infliger une marche arrière à leurs adversaires par leur botte secrète : la cocotte.

Mètre par mètre, à petits pas, ils jettent leurs dernières forces dans un véritable bras de fer sur plus de 20 mètres, jusqu’à provoquer la faute. La défense leucatoise cède pour « offrir » une pénalité que Bourrel, d’un maître coup de pied, transforme des 35 m en face pour envoyer son équipe en huitièmes mais aussi en Fédérale 2.

Le président savourait, mais tempérait ses émotions en déclarant « Une saison comme on a vécu, une journée comme ça et comme il y a 15 jours, apprécions-les : on n’en vivra pas souvent. Je remercie les supporters et tous les gens qui sont venus au stade et je leur demande de se délecter du temps présent car l’avenir c’est autre chose. »

Au tour suivant, les quillanais, de bourreau dans les derniers instants des 32″ et 16″,vont devenir victimes à la 80″ + 5 contre une équipe opportuniste de Six Fours 17-19 au bout d’un match au cours duquel

Quillan a été mené 3-13 puis a mené 17-13 pour échouer dans le temps supplémentaire sur une faute anodine dans les 50 m adverses.